Col de l'Iseran

Altitude: 2770 m
Lat 45.416969, Lon 7.031298

Le col de l'Iseran est le plus haut col routier de France (à ne pas confondre avec la plus haute route). Une grande partie de l'ascension se trouvant dans un parc naturel, le paysage magnifique est préservé et garde un aspect sauvage. C'est un passage quasi-obligé pour les cyclistes aimant la montagne, même si à cause de son altitude et de son enclavement, ce col reste fermé une grande partie de l'année.

Versant Sud

Départ Bonneval (1782 m)
Dénivelé 988 m
Distance 14.0 km ( 7.1 %)
Difficulté
Intérêt
Pays FR
Département Savoie
Premiers lacets, Bonneval et vallée de l'Arc
Premiers lacets, Bonneval et vallée de l'Arc

L'ascension commence véritablement dans Bonneval-sur-Arc, dernier village aux confins de la Haute-Maurienne. Classé dans les plus beaux villages de France, son architecture typique et préservée vaut la visite. Cependant, il est recommandé de partir de plus loin pour s'échauffer, par exemple depuis Bessans, ou alors Lansleboug et passer d'abord le petit col de la Madeleine. On pourra ainsi s'échauffer sur une route quasi plate le long de l'Arc pendant quelques kilomètres.

Passage sur le ruisseau de la Lenta
Passage sur le ruisseau de la Lenta

La route commence par quelques lacets au dessus de Bonneval-sur-Arc, puis remonte le long d'un ruisseau avant de le passer sur un joli pont en pierre. A cet endroit, on est déjà à plus de 2000m d'altitude. De nouveaux lacets plus raides suivent alors, constituant le gros des difficultés. La route est parfois étroite et a un revêtement de qualité inégale en fonction des endroits.

Tunnel
Tunnel

L'arrivée à un petit tunnel de quelques dizaines de mètres de longueur marque une pause dans l'ascension. Peu après, on passe un deuxième pont sur le ruisseau de la Lenta qui annonce la partie finale de l'ascension avec des pourcentages très importants, avoisinant les 11%.

Partie finale avant le col
Partie finale avant le col

Pendant le dernier kilomètre, on roule à plus de 2700m d'altitude, et on dépasse la majorité des sommets avoisinants. Le paysage est complètement minéral comme souvent à ces altitudes extrêmes (voir la cime de la Bonette).

Panneau au sommet et chapelle
Panneau au sommet et chapelle

L'ascension de l'Iseran, plus haut col d'Europe, est assez irrégulière : parfois très difficile sur un revêtement médiocre, et parfois la route est quasiment plate et agréable. Le manque d'oxygène peut se faire sentir, particulièrement sur la fin de l'ascension, car on se situe toujours a des altitudes élevées. Le fait de partir déjà de très haut limite le dénivellé total. Malgré son record d'altitude, l'Iseran n'est donc pas le col le plus difficile pour celui qui sait gérer le manque d'oxygène.

Plus de photos

Partagez votre avis